Les sauveurs de vie en scooter d’eflizzer

Lors d’un arrêt cardiaque, chaque minute compte. Lorsque les organes d’une personne ne reçoivent plus suffisamment d’oxygène, une réanimation immédiate est nécessaire. À l’hôpital universitaire de Zurich, ces tâches sont effectuées par l’équipe de réanimation, responsable de tout l’hôpital.

Afin d’arriver rapidement chez le patient, l’équipe a besoin d’un véhicule fiable. Actuellement, deux de nos scooters électriques sont testés par cette équipe.

Lena a rencontré Emanuele Garafalo, chef de groupe de l’équipe de réanimation de l’hôpital universitaire de Zurich, afin de mettre les scooters électriques eflizzer à l’épreuve dans les cas d’urgence.

Bonjour Emanuele, peux-tu te présenter toi et ton équipe?

Je dirige l’équipe de réanimation dans le service des urgences. Cela fait partie du département anesthésie. Notre équipe travaille non seulement dans la salle d’opération, mais est également responsable de toutes les urgences internes à l’hôpital, par exemple si un patient a un problème de santé grave au sein de notre département, du bistro ou du laboratoire. Nous sommes également responsables des urgences qui sont admises à l’hôpital universitaire par Schutz & Rettung Zurich ou de la Rega.

Quand et comment utilise-t-on les scooters électriques d’eflizzer?

En cas d’urgence interne, les membres de l’équipe de réanimation s’équipent d’un sac à dos et d’un défibrillateur, enfourchent un scooter électrique et se rendent au bâtiment où se trouve le patient. Dans la mesure où aucun véhicule n’est autorisé dans les services et les zones publiques de l’hôpital, les derniers mètres doivent généralement être parcourus à pied. Mais je pense que nous ferions une exception si nous le voulions. Cela signifie que nous pourrions nous rendre directement au chevet du patient.

L’hôpital universitaire un très vieil hôpital de par sa construction. Il a été construit en blocs et a été étendu progressivement. Du fait que de nombreux bâtiments sont classés monuments historiques, cela complique les trajets souvent très longs entre les différents bâtiments et services. C’est beau et authentique à regarder, mais c’est aussi une catastrophe si vous voulez vous déplacer rapidement dans ce labyrinthe.

Comment vous êtes-vous déplacé jusqu’à présent?

L’hôpital universitaire a une très grande surface, des véhicules ont toujours été utilisés afin de se rendre aussi vite que possible au chevet du patient.

Actuellement, on utilise de simples vélos munis de grands paniers, avec lesquels on peut accéder aux tunnels souterrains menant aux différentes cliniques.

Comment avez-vous découvert les eScooter d’eflizzer ?

On utilise les vélos actuels depuis environ 10 ans. Mais nous n’avons jamais été vraiment satisfaits de cette solution. Les vélos sont lourds, grands et peu maniables. De plus, les freins à rétropédalage fonctionnent mal. De nombreux employés n’y sont pas habitués, ce qui, dans le passé, entraînait beaucoup d’accidents.

C’est pourquoi, depuis un certain temps, nous pensons  investir dans une nouvelle acquisition. Je pensais que si nous investissions dans quelque chose de nouveau, alors peut-être autre chose qu’un vélo, quelque chose de plus pratique. J’ai ensuite pensé assez rapidement à une trottinette classique, mais cela me semblait un peu trop lent de part l’utilisation des jambes pour avancer. Surtout qu’il y a de nombreux secteurs à l’hôpital avec des montées et cela serait à peine faisable sans moteur. Il est certain qu’avec une trottinette à moteur électrique nous avons l’avantage de ne pas être essoufflés jusqu’à l’arrivée au site de travail. Cela est aussi un avantage pour le patient lorsque nous arrivons détendus.

Honnêtement, j’ai d’abord regardé le prix d’un tel scooter électrique dans un magasin discount ainsi que chez Digitec et sur d’autres plates-formes, pour savoir s’il existait des alternatives moins chères. Mais j’ai vite réalisé qu’il était hors de question d’acheter un tel produit chez un grossiste. En effet, ce dernier  se contente de vendre le produit sans proposer de service.

Ensuite, j’ai recherché des entreprises, qui sont spécialisées dans la mobilité électrique et je vous ai trouvé rapidement (vous eflizzer). Ce que j’ai vraiment aimé, c’est que vous êtes installés à Zurich, ce qui est bien sûr parfait pour l’hôpital universitaire.

Enfin, je vous ai demandé si nous pouvions faire un test sans engagement. C’était très important pour moi. Nous ne pouvons pas simplement acheter quelques scooters électriques sans être sûrs de leur bon fonctionnement à l’hôpital.

Qui utilise les trottinettes électriques?

Fondamentalement, il existe deux groupes d’utilisateurs. Il y a une équipe régulière d’environ 20 personnes qui est toujours plus ou moins la même, composée d’infirmières et de médecins. Ensuite, il y a des étudiants qui changent de département tous les deux mois et des assistants médicaux qui sont présents pendant à peu près un mois avant de passer à une autre salle d’opération. Il est possible que, en un an, 200 différentes personnes conduisent les scooters électriques. Il y a toujours au moins deux personnes qui se rendent à un site de travail.

Nous avons une règle à suivre, chaque employé qui se rend sur le terrain doit impérativement avoir passé un test de conduite. C’était déjà le cas avec le vélo et cela sera maintenu avec le scooter électrique.

Comment s’est déroulée la phase de test?

Au cours de la période d’essai de 3 semaines, les scooters électriques n’étaient pas aussi souvent utilisés pour se rendre au chevet du patient. L’équipe de réanimation n’est pas sollicitée tous les jours. C’est très variable, il peut y avoir 5 interventions en une journée comme aucune.

J’ai montré à chaque employé de l’équipe le fonctionnement du scooter électrique. Chacun d’entre eux a fait un petit test de conduite. J’ai demandé au personnel de faire un tour supplémentaire ou d’emprunter le chemin qu’il devrait prendre en cas de réanimation de me donner un feedback. Ceci avec et sans sac à dos, avec et sans défibrillateur. C’est ainsi que nous avons pu acquérir beaucoup d’expérience.

Sur le vélo, le sac à dos était porté sur le dos et le défibrillateur était rangé dans le panier du guidon. Les sacs à dos sont relativement lourds et donc assez contraignant pour pédaler. Maintenant, avec le scooter électrique, le défibrillateur est lié autour de la poitrine par une sangle, il est ainsi très stable. C’est très agréable de rouler en scooter électrique car je ne remarque même plus le poids du sac à dos ou du défibrillateur. C’est comme si je roulais sans charge.

Comment les employés ont-ils réagi aux scooters électriques?

Étonnamment très bien, je m’attendais à plus de réticence. Après le premier trajet, ils sont presque tous devenus amis avec les scooters électriques, y compris les plus âgés. Même ceux qui étaient sceptiques au début sont revenus avec un « smile » sur leur visage après avoir parcouru 20 mètres. J’étais tout d’abord un peu inquiet, est-ce que tout le monde pouvait rouler en  scooters électriques? c’est l’une des raisons pour lesquelles je voulais, auparavant, tester les e-trottinettes.

J’ai créé un formulaire de feedback que tout le monde devait remplir après le trajet. À mon grand étonnement, sur 30 formulaires remplis, un seul a été retourné avec un commentaire négatif. Je ne m’attendais pas à ce que 29 personnes sur 30 trouvent le scooter électrique plus performant que le vélo actuel.

Pourquoi avez-vous choisi notre scooter électrique Basic sans suspension?

Nous l’avons choisi en raison du trajet et du sol, notamment aussi à cause de son poids moins lourd. De plus, le rapport qualité-prix est optimal. À titre  privé, j’achèterais certainement un scooter électrique avec suspension, mais à l’hôpital, 95% des trajets se font sur une surface très plate. Il est possible que nous devions sortir, mais même dans ce cas, nous ne roulons que sur l’asphalte sans aucun obstacle majeur. Par conséquence, je préfère un équipement plus léger et plus compact transportable sur un ou deux étages.

Comment chargez-vous le scooter électrique?

Actuellement, nous le rechargeons avec le chargeur fourni. Nous envisageons, à l’avenir, d’avoir notre propre chargeur. En effet, nous avons une très bonne équipe interne de technologie médicale qui pourrait construire une station de charge pour l’hôpital. Au cours de ces 3 semaines, nous avons constaté que le chargement des batteries était un problème beaucoup moins grave que je ne le pensais. En effet, malgré un trajet quotidien, les batteries étaient encore à moitié pleines. Je pense aussi que nous n’aurons pas besoin d’une station de charge adéquate, mais d’un simple chargeur. Nous devrons alors vérifier le niveau de charge juste une fois par semaine et charger la batterie si celui-ci tombait en dessous de 75%.

Où sont stockés / garés les scooters électriques?

La sécurité ou le verrouillage du scooter électrique m’inquiète fortement. Nous nous trouvons dans un hôpital, mais il y a encore beaucoup de matériel qui disparait et beaucoup de vol. Étonnamment même dans la salle d’opération. On m’a même volé un ordinateur portable dans mon bureau. Tout ne disparaît pas d’un claquement de doigts, mais nous devons tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des véhicules. Selon notre service technique, le contrôle de l’alimentation électrique du scooter électrique via la puce RFID de nos cartes d’identité serait une solution. En effet, les véhicules seraient alors disponibles uniquement à l’aide d’une pièce d’identité valide.

Voyez-vous d’autres utilisations du scooter électrique dans l’hôpital universitaire?

L’hôpital universitaire a beaucoup de vélos. Ce sont le service technique et le support informatique qui les utilisent le plus souvent. Nous avons un service de transport interne qui accompagne principalement les patients d’un lit à l’autre. Mais le personnel des services de transport effectue également d’autres tâches dans le secteur des transports, par exemple comme recueillir du sang ou du matériel dans la salle d’opération et l’apporter au laboratoire pour analyse. Bien qu’ils utilisent les véhicules électriques à trois roues de Kyburz, qui sont également utilisés par un bureau de poste, ils effectuent souvent de petits travaux. J’imagine donc que le service de transport serait intéressé par les scooters électriques. Les agents de sécurité sont également à pied.

Nous vous remercions pour cette intéressante interview et espérons que vous pourrez réaliser encore beaucoup d’autres fonctions toutes aussi efficaces avec votre eflizzer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *